Aller au contenu
NoSpy investigations
  • Articles – Enquêtes


    NoSpy
    Les promoteurs Suisse, (Swisscom, EPSA, SIG), vous trompent en prétendant que pour l’installation du boîtier OTO, chez les particuliers, doit être installé dans le salon. Cette affirmation est fausse et cela à dessein. Comme le démontre cette photo extraite du document Directives Techniques FTTH couche 1 (page 21).

    Grâce à cela, ils ont obtenu illicitement le droit d’entrer dans votre appartement au-delà du hall d’entrée (si vous n’avez pas un studio), pour effectuer des travaux additionnels non obligatoires (prétendument selon une hypothétique loi), qui pour certains ont été facturés ! À la fin de cette installation, le partenaire prend des photographies, ce qui est inacceptable et obtient, sous des prétextes fallacieux, votre signature à de multiples reprises, sur des documents dont vous ne recevrez pas de copies !

    Les représentants contactés informent que si vous en faites la demande vous pouvez obtenir que ces photographies soient effacées. Encore faut-il savoir qu’ils ont pris des photographies de votre appartement ! En revanche, pour ce qui est des documents signés sous des prétextes fallacieux, ils sont à usage interne et donc ne peuvent être supprimés ; cela mériterait une plainte pénale.
    Dans le cas ou vous refuseriez cette installation dans votre salon, les SIG et leurs partenaires ont tout prévu pour vous tromper. Ils vous font signer un document nommé :
    SIG & EPSA : Fiche d’installation de la prise optique (OTO)
    Citation du Paragraphe (Lieu de pose de la prise optique) :  
    La pose dans un endroit autre que les prises de téléphone/TV/Radio déjà en place ou le répartiteur multimédia préexistant nécessite la signature du propriétaire… Ce paragraphe vous conforte dans l’obligation d’effectuer l'installation dans le salon, qui souvent est une zone inappropriée et demande des travaux complémentaires que le partenaire des SIG sera ravi de vous facturer selon le paragraphe suivant :
    Citation du Paragraphe (Frais) : Le prolongement de la ligne optique, depuis les prises de téléphones/TV/Radio déjà en place ou le répétiteur multimédia préexistant, jusqu’au lieu de la pose de la prise optique, est à la charge du client : CHF______________ Vu qu’il n’est pas obligatoire de faire cette installation dans le salon, certains d’entre vous avez dû payer des frais additionnels ou dû faire appel à d’autres prestataires de service pour vous assister, car l’emplacement de la prise TV n’était pas l’emplacement le plus adéquat.
    À la fin des travaux, le partenaire vous fera signer plusieurs fois sur une tablette sous des prétextes fallacieux (fiche de présence, installation terminée...), invoquant le fait que l’appareil n’aurait pas pris en compte votre signature, et vous ne pourrez ni lire les documents correspondants ni même en obtenir copie!
    C’est pourquoi nous avons créé un Collectif en vue de faire valoir nos droits auprès des promoteurs (Swisscom, SIG, …) et d’obtenir le remboursement de tous les frais additionnels, incluant l'engagement qu’ils effaceront toutes les photos et signatures obtenues illicitement, sous tutelle judiciaire si nécessaire.
    directives_techniques_ftth_couche1.pdf

    NoSpy
    Le produit utilisé (avant mars 2015), est toxique pour la santé, il est utilisé à votre insu sous un faux prétexte, en application d’une hypothétique loi concernant l'hygiène et la santé pour tous les possesseurs de systèmes de climatisation et «désinfecterait» les conduits d’air situés dans l’habitacle de la voiture. Ayant fait procéder à un service par l’un des garages du groupe Euromaster, services concernant l’ajout de GAZ pour la climatisation ou le changement du filtre à pollen. Si dans votre facture vous avez la mention «DESINFECTION CLIMATISATION» alors vous êtes concerné.

    Issu du site de Euromaster (France) : « anti-bactérien, anti-mauvaises odeurs, anti-moisissure, anti-acariens et anti-allergique » !

    Le produit CRC provoque, après son inhalation : nausées, maux de tête et étourdissements (selon les PDF du fabricant) en gros vous avez les symptômes de l'ivresse ce qui diminue votre réactivité au volant et a provoqué chez certains conducteurs des accidents de voiture à répétition.

    Selon l’expert de Euromaster c’est à vous qu’il incombe de démontrer que c’est ce produit qui vous a intoxiqué, mais encore faut-il avoir accès aux informations qui vous sont intentionnellement cachées. L’expert (BCE, Bureau Commun d'Expertises SA), a refusé de nous fournir le nom du fournisseur de ce produit, tout comme Euromaster (Suisse) qui a refusé de nous en fournir des échantillons. Il nous a fallu presque une année pour trouver les informations du produit (Airco Cleaner de CRC). Si je résume les informations issues des PDF, ce produit ne doit pas être mis dans un espace clos, alors pourquoi est ce qu’il a été utilisé et est-il encore utilisé dans les voitures.
    Euromaster mettent ils, en danger la vie et la santé de leurs clients ?
    La procédure d’ajout de GAZ dans le système de climatisation et changement de filtre à pollen par Euromaster, ajoute une étape de désinfection sur le système d'air interne de la voiture, qui serait une disposition légale et obligatoire. 

    Le produit utilisé (avant mars 2015), est toxique pour la santé, il est utilisé à votre insu sous un faux prétexte, en application d’une hypothétique loi concernant l'hygiène et la santé pour tous les possesseurs de systèmes de climatisation et «désinfecterait» les conduits d’air situés dans l’habitacle de la voiture. Cette allégation est fausse en Suisse, comme cela a été confirmé par l'expert en date du 29 janvier 2015. Cette mousse utilisé se loge dans tous les joints et interstices du système de ventilation, comme suit :
     
    18 juillet 2014, le garage Euromaster, m’avait informé que ce produit aurait une persistance de quelques jours, or cette allégation est trompeuse. L’odeur nauséabonde, persistante et toxique que ce produit diffuse dans l’habitacle me contraint à rouler avec les fenêtres ouvertes. 

    31 juillet 2014, je suis retourné au garage de Euromaster, pour que le nécessaire soit entrepris, à savoir que je sois pas obligé et contraint de rouler avec les fenêtres ouvertes, et cela quel que soit les conditions climatiques. Les employés ont procédé au nettoyage en insufflant de l’air dans les conduits durant près de 1 heure. La voiture a été bloquée pendant cette heure, et quand je l’ai récupérée, l’odeur semblait ne plus être présente. Après avoir parcouru 1km, j’ai été victime d’un étourdissement suivi de vomissement, ce qui a causé un accident de la circulation routière impliquant un vélo et un autre véhicule. Les jours suivant l’accident, j’ai souffert de migraine et de diarrhée. Après la convocation au poste de police, j’ignorais que c’était le produit de désinfection qui était la cause de ces malaises. 

    5 août 2014, c’est en rentrant du poste de police à mon domicile, qu’un second incident est survenu. Fort heureusement j’étais à l’arrêt lorsque les nausées ont recommencé, suivies de vertiges et de nouveaux vomissements ! À l’arrivée à mon domicile mes proches ont remarqué sur mon visage et mes mains des rougeurs comme si j’avais pris un coup de soleil, mes yeux me brulaient. C’est à cet instant que j’ai compris que ma voiture était contaminée et que j’avais été intoxiqué.
    Durant 4 jours consécutifs j’ai dû prendre 3g de Dafalgan® pour soulager cette migraine épouvantable associée à une désorientation totale. Si le produit de désinfection était inodore, j’aurais été incapable d’en identifier la cause sans recourir à des tests en laboratoire qui sont coûteux !
    Euromaster mettent ils, en danger la vie et la santé de leurs employer : Témoignage d'un employer a dit : (...) Ont a eu au niveau des Euromaster une réunions (...) avec ordre de renvoyer tout ces produits "CRC" (...) chez le fournisseur par le faite (...) ont s’en sert tout les jours ont est aussi exposé a ce produit, (...) toxique.
    Le CRC Airco Cleaner élimine l’odeur désagréable qui provient de la contamination du système de climatisation. Le CRC Airco Cleaner nettoie le système de climatisation d’une manière optimale à l’aide d’une mousse à formulation unique. Le produit laisse une odeur fraîche et agréable.
    Nom du produit : AIRCO CLEANER de CRC
    Inhalation : L'inhalation excessive de vapeurs de solvant peut provoquer nausée, maux de tête et étourdissements. Ingestion : Risque de pneumonie, peut causer des troubles gastro-intestinaux. Symptômes: maux de gorge, douleurs abdominales, nausées, vomissements. Contact avec la peau : Peut entraîner irritation. Symptômes: rougeur, douleur. Un contact prolongé avec la peau résultera en un dégraissement de la peau, conduisant à l'irritation, et dans certains cas, en dermatite. L'exposition répétée avec la peau peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau. Contact avec les yeux : Peut entraîner irritation. Symptômes: rougeur, douleur. Informations générales : Si les symptômes persistent dans tous les cas consulter un médecin L’odeur nauséabonde, persistante et toxique que ce produit diffuse dans l’habitacle me contraint à rouler avec les fenêtres ouvertes. Le garage Euromaster, informe que ce produit aurait une persistance de quelques jours, or cette allégation est trompeuse.  Nous cherchons des automobilistes, ayant fait procéder à un service par l’un des garages du groupe Euromaster, si dans votre facture vous avez la mention «DESINFECTION CLIMATISATION» alors vous êtes concerné.
    https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995887/index.html
    Art. 8 Devoir de diligence de la loi sur les produits chimiques (LChim - 813.1) du 15 décembre 2000. Quiconque utilise des substances ou des préparations doit tenir compte de leurs propriétés dangereuses et prendre les mesures nécessaires à la protection de la vie et de la santé. Le prestataire de service, doit tenir compte des informations fournies à ce sujet par le fabricant.
    Produit Wynn's, mais est-il moins dangereux ?
    Extrait d’une lettre envoyée au Directeur M. Vanengelandt Thierry de Euromaster (Suisse) SA. 
    Le 16 avril 2015, j’ai obtenu la liste des ingrédients qui entrent dans la composition de ce produit que Euromaster (Suisse) SA ajoute, à l’insu des usagers, dans le système de climatisation.
    Sans réponse !
    tca2_aircoclean.pdf
    ingredients-crc-30683-3.pdf
    airco_cleaner_ae_rosol_francais.pdf

    NoSpy
    Sony passe outre ses prérogatives en matière de débit automatique, sur carte de crédit ?
    Prologue :
    En 2011 Sony s’était fait déposséder par des hackers de plus de 77 millions de comptes d'utilisateurs. Grâce à cette totale transparence de Sony, l’ensemble des clients concernés n’a jamais été avisé du problème. Ce sont les journaux qui ont relaté les faits, un comble !!! Sony, comme tant d’autres dans le même cas, minimise les implications durant des mois, afin que la pression diminue et redoré leur blason…
    Après des mois de polémique, et suite à la parution dans les journaux de cette mésaventure, Sony a offert 2 jeux sur un lot de 5 ainsi que 1 mois d’abonnement à PlayStation Plus, dans le but de faire oublier aux utilisateurs sa totale incompétence en matière sécurité des données confidentielles telles que les numéros de cartes de crédit ! Le pire est que Sony était au courant du problème bien avant que l’inévitable n’arrive…
    C’est là que mes mésaventures ont commencé (2011) :
    Sony m’a offert 1 mois d’abonnement à PlayStation Plus. Entre-deux, j’ai été obligé de faire changer ma carte de crédit, pour éviter tout risque. Un vrai casse-tête selon les débiteurs, dû principalement aux frais administratifs abusifs. Après l’activation de cet abonnement offert gratuit, ma Console «PS3» est devenue très lente, je suis passé de 1 minute pour charger un jeu, à environ 5-10 minutes !
    Lors de l’expiration de l’abonnement de démo à «PlayStation Plus» qui était d’une durée de 1 mois, Sony l’a automatiquement renouvelé sans mon accord ! J’ai bien sûr fait opposition, mais la lenteur de sa réponse à ce sujet a bloqué ma possibilité de faire annuler cette transaction illicite chez ma sociétés de crédit. À force d'exiger une explication, on m’a m’informé que cette situation est de ma faute ?!? Au motif que j’aurais oublié de désactiver le renouvellement automatique par défaut... qui se trouve on ne sait où, puisque l’on part du principe de n’avoir jamais souscrit à ce type d’abonnement !
    Le Support de Sony m’explique la procédure pour que cela ne se reproduise plus l’année suivante. Je dois activer le module qui demande un mot de passe additionnel et désactiver le nouvellement automatique par défaut, ce que j’ai fait, Sony ma informé qu’avec ces mesures, ce type de désagrément ne se reproduirait plus ! Cela n’a pas empêché Sony d’outrepasser ces restrictions une fois de plus en 2012...
    Rebelote 2012 :
    En septembre 2012, j’ai un message sur ma console Sony PS3, qui m’informe que mon abonnement involontaire et illicite va prochainement expirer. Sony me propose de le renouveler, et j’ai tout naturellement refusé !
    Vous n’imaginez pas comme je suis ravi de me dégager de cette merde et ce n’est pas de l'humour noir. Il faut être clair, cet abonnement ne (me) sert à rien, comme le démontrera la suite ce cet article. Quelques jours avant son expiration, un autre message (qui est du forcing) me propose 25 % de réduction sur cet abonnement. Je n’en tiens même pas compte.
    Finalement le 11 septembre 2012, une date historique, Sony effectue un prélèvement sans mon approbation, cela à un nom : du vol !!! Sony s’est peut être pris un avion... entre-deux... et a perdu le sens des réalités !
    À aucun moment ma console de jeu (Sony PS3) ne me demande mon code de sécurité, qui se trouve au dos de ma carte de crédit, ni même de valider cet achat. Pourtant j’avais suivit les recommandations du support technique de Sony.
    Sony a trouvé un moyen de détourner sa propre protection, et a débité mon porte-monnaie en toute impunité pour payer cet abonnement abusif, sans qu’à un moment il m’ait été demandé mon mot de passe complémentaire qui aurait permis de valider cette opération. Étonnamment, lors du prélèvement illicite, la préalablement proposée réduction n’a pas été prise en compte. C’est un abus de confiance, punissable par la justice suisse, malheureusement pour Sony !
    Mais Sony m’informe que c’est encore une erreur de manipulation et que l’année prochaine (2013) ce renouvellement automatique sera désactivé. Comme c’est facile. Je ne vais pas attendre 2013, pour que être m'informé que Sony a perdu la trace de cette démarche... Suite à une autre erreur de manipulation, Sony m’a déjà volé 2 fois ! A croire que Sony essaye de rentabiliser les 2 jeux offerts… une véritable machination.
    J’ai exigé le remboursement immédiat, dès que où j’ai reçu un e-mail de confirmation de cette transaction illicite. Mais Sony cherche encore à gagner du temps, en se référant a ses conditions générales que je n’ai jamais signées, soit dit en passant, vu que l’on m’a offert cet abonnement pour une durée de 1 mois en 2011. J’attends toujours la copie de ce contrat, messieurs l’escroc ! Pour se faire rembourser, il suffit que j’appelle un numéro payant ?!? Cette procédure démontre clairement l’extorsion.
    Le complot :
    Il faut savoir que Sony & co ont tout intérêt à trainer le dossier en cas de débit abusif sur votre carte de crédit. Car vous avez 30 jours pour faire opposition, mais grâce à l'extraordinaire clarté des informations, le contenu ma facture papier émise par VISA ou Mastercard, même Sherlock Holmes fera une dépression avant de trouver l'information voulue. Derrière cela, il y a un véritable complot, car vous passerez des heures sur une ligne payante (40 CHF) puis on vous facturera 20 CHF pour faire l'opposition au débit illicite, ensuite il faut envoyer une lettre et payer quelques autres frais annexes. Bref, environ 100 à 300 CHF pour faire opposition au début d’un montant de 50 CHF. Mais que fait la police ?!?
    Le remboursement des frais annexes est rarement pris en compte. Par chance, il y a des pays qui ont une loi sur la surfacturation. Étonnement, lorsqu’on évoque cela, une note de crédit vous est exceptionnellement attribuée... mais ne rêvez pas, ce sera une note de crédit et pas de l’argent réel... reversé sur votre compte, bref un chèque-cadeau fictif dont la valeur n’est qu’imaginaire et entera dans les frais généraux de l’entreprise.
    Remarques : Si l’on vous offre un chèque-cadeau comme google le fait fréquemment, puis on vous informe que vous pouvez acheter un produit que de la valeur du chèque chez entreprise, mais que nous ne pouvez le convertir en argent, c’est une escroquerie. Car à cette société, cette prestation coûte très certainement moins cher, il faut bien rentabiliser le produit. On pourrait dire que 100 CHF coûte 50 CHF à la société, ce qui fait que vous rembourser les 100 CHF est impensable. Tentez votre chance... C’est pour cela que les chèques-cadeaux sont très surveillés vu le nombre d’abus qu’il y a eu. PlayStation Plus, mode testeur de jeu :
    Sony vous offre l’opportunité inestimable de tester les jeux pour une durée limitée de 24 h. Malheureusement, ma connexion internet est si lente qu’il me faut plus de 24 h pour télécharger un jeu de 4GB. Ce qui se solde par le message suivant : «votre temps de démonstration a expiré».
    C’est en effet grâce à l'ingéniosité machiavélique du directeur de Swisscom M.Carsten Schloter et ces sbires que les télécommunications suisses filaires sur paires de cuivre sont si défaillantes dans mon quartier. Ah la bonne blague ! Mon abonnement iPhone 3G est plus rapide, un comble ! mais pas de chance, il est limité à 2GB par mois et incompatible avec ma PS3…
    Anecdote : Pourtant, les opératrices de Swisscom telles que Mme Veronica Del Rio, m’informent que toutes les mesures effectuées sur ma ligne internet qui démontrent qu’elle est au mieux de sa forme. Puis elle me recommande de songer à déménager au centre-ville, étrange... serait elle honnête ou une menteuse par omission ? Revenons à nos cancrelats :
    Le mode de jeu testable, pour une durée limite de 24 h, n’est pas accessible à l’ensemble des jeux sur le site de Sony. En fin de compte, il est préférable de louer le jeu ! Pour ma part et grâce à Swisscom, cette fonction est inutilisable, en déplaise à Madame Del Rio, je ne vais pas déménager, sachant qu’il y a une pénurie de logements et que les prix au centre-ville sont prohibitifs par rapport a ma banlieue 13.
    Selon le maire, j’aurais de la Fibre optique en 2011. Oups, ontest déjà en 2012 et le retard est avéré. Ce sera pour 2016 voire fin 2020...bientôt 2030 garantie, juré craché. Sachant que en Californie ils ont du 10GB et que je plafonne à moins de 0.5MB en moyenne et encore... grâce au raccordement antédiluvien, cuivre sur papier !
    PlayStation Plus, les réductions de prix révisées :
    L’abonnement vous offre l'opportunité inestimable d’avoir des réductions de prix, voire des prix cassés sur les jeux. Prenons un exemple :
    Un jeu annoncé sur le Store Sony à 98 CHF m’offre 14 CHF de réduction soit 84 CHF alors qu’il est vendu en grande surface pour 28 CHF, si ce n’est pas de l’arnaque, je me demande bien ce que c’est ?
    L’acheter en grande surface a un immense avantage, car il est sur Blu-Ray, ce sera plus simple à revendre. Les achats en ligne ne permettent pas pour l’heure la revente, mais tout cela pourrait bien changer, grâce à la Cour de justice européenne.
    Citation : C'est une décision qui fera date et certainement une grande victoire pour les consommateurs face aux éditeurs de logiciels. Ainsi, rien ne devrait s'opposer aujourd'hui à ce que l'on puisse par exemple revendre un jeu acheté en ligne. PlayStation Plus, vous offre un lieu de rencontre VIP
    Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais plus je me relis et plus j’ai l'impression que cet abonnement est une vaste escroquerie. Car le pire reste a venir, il y a une zone réservée pour les membres payants, une sorte de Second-Life, sauf que vous pouvez rencontrer tout ce beau monde dans d’autres zones qui seront moins désertiques, donc encore un truc inutile. C’est un bar très pauvre en graphisme, un comble chez Sony.
    PlayStation Plus, stockage sur le Cloud :
    Ah, mais j’y viens au Cloud, Sony vous offre de stocker vos sauvegardes sur son serveur internet, pour ne pas les perdre en cas de crash ou vol de votre console... Sachant qu’il est possible d’effectuer une archive sur une clef USB et qu’une copie est stockée dans votre console.
    Mon charisme est sans égal, face à mon magnétisme d’aimant à merde défectueuse, et cette fois-ci eu raison de ma console. Quelques jours après, m’être fait abonner à mon insu en 2011, et suite à un bug de synchronisation avec le service Sony, l'ensemble de mes parties sauvegardées (soit environs 6 ans de jeux) ont été effacées suite à un problème lié à une mise à jour automatique. Comme c'est étonnant, non ?
    Les conditions générales déclinant toute responsabilité en cas de dommage lors de la mise à jour, il n’y aurait pas baleine sous le galet ? Si l’on se réfère à ce texte de loi : RS 311.0 Art. 144bis …
    Conclusion :
    Sony ce n’est pas Apple, car lorsqu’il y a un problème avec une application achetée sur le Store de Apple on vous le rembourse j’en ai fait l'expérience, même si vous l’avez achetée par erreur !
    À l'inverse, Sony n’en a rien n’a foutre de vous, et vous mène en bateau par des explications farfelues qui au final vous donnent l'impression d’avoir été manipulé. J’ai acheté par erreur, selon leur dire, un module additionnel, pour un jeu que je ne possédais même pas ! faudra que j’appelle S.O.S Fantôme…
    Lorsque Sony c’est fait hacker de plus de 77 millions de données utilisateur confidentielles, il faut imaginer qu’il y a eu un vent de panique et que probablement plus du triple ont demandé le changement de leur numéro de carte de crédit (ce qui fut mon cas), car Sony n’a pas été très coopératif avec ces clients en les informant qui était concerné ou pas. Le PFPDT devrait ouvrir une enquête à ce sujet... car les dommages collatéraux sont astronomiques.
    Pour ceux comme moi qui se sont retrouvés abonnés à leurs insu, la première fois, le concept d’erreur de manipulation est envisageable. Mais lorsque l’erreur se répète, il y a matière à entamer une action en justice pour fraude ou abus de confiance.
    Selon les rumeurs, Sony aurait des conditions générales qui vous interdisent de poursuivre l’entreprise. Comme c’est facile d'intimider la clientèle. Il faut savoir que les conditions générales sont rarement en faveur des utilisateurs mais il est fréquent qu’elles ne soient pas totalement légales, car abusives. Mais il vous faudra de bons avocats et beaucoup de patience, car le comportement de l’autruche constaté chez Swisscom semble s’étendre... en simple: parle à mon CU. Terminator le dit plus poliment: parle à ma main.
    C’est aussi une grave violation des conditions générales des sociétés de cartes de crédit. Si une entreprise moins connue avait commis un débit non autorisé, son partenariat avec les sociétés de cartes de crédit serait remise en question, voire immédiatement rompu. Pourtant, tout me monde n’est pas logé à la même enseigne. Y a-t-il de la concurrence déloyale dans l’air ?

    NoSpy
    Depuis quelques années un nouveau type de distributeur est apparu : les Box-Trader
    Qui sont les Box-Trader ? Ce sont des distributeurs. Avides d’augmenter leurs revenus au détriment de la qualité de leurs services et de leurs produits, ils sont arrivés à un stade tel qu’il n’est plus possible de se taire. Très peu d'entreprises acceptent d’aborder ouvertement de ce sujet, qui reste tabou. Car s’il rend public ce type information, le distributeur cessera toute relation commerciale et la PME n’aura plus qu’à mettre la clef sous la porte.
    Comme vous le constaterez dans ce premier article, les fabricants jouent le jeu sordide des distributeurs exclusifs. Malheureusement, les dispositions légales suisses sur la concurrence déloyale sont rarement respectées comme en témoigne cet article.
    Que faire lorsque le produit que vous avez préalablement payé arrive défectueux ?
    C’est ce qui est arrivé à l’un de nos lecteurs qui a commandé un produit à un distributeur exclusif. Quel ne fut pas sa surprise de découvrir à leur réception que les produits étaient défectueux d’origine. Tout naturellement il a fait part de cette situation au distributeur (TechDATA) le jour même. Qui a répondu, à lui et aux autres personnes se trouvant dans la même situation : le distributeur n’assume ni la garantie, ni le service après-vente, ni même l'échange. En résumé, le distributeur ne prend rien en charge ! Il se contente de vous vendre un produit — bien entendu en prenant une une commission au passage — et vous informe que pour toute réclamation il faudra d’adresser à la justice ou au fabricant, Ah les escrocs !
    Dès le moment ou il faut payée pour réparer ou échanger un produit qui a été livré défectueux, cette attitude relève de l’escroquerie.
    Les escrocs :
    TechDATA vous informera que cela est notifié dans leur conditions générales et qu’ils ne sont que des Box-Trader. Pour simplifier, ils fonctionnent comme la poste, TNT, DHL, avec la différence que l’entreprise prend une commission substantielle sur le produit sans vous donnez la possibilité de se passer de leur services, au même prix bien évidemment. En résumé, si l’on vous vend de la marchandise défectueuse, vous n’aurez que le droit de vous taire et de payer !
    La remballe :
    Le problème est qu’une partie de ces distributeurs peu scrupuleux promeut les filières mafieuses de produits d’origine douteuse. Il est presque plus simple de faire la traçabilité d’une denrée alimentaire que d’un produit informatique. En effet, on constate ici la présence du phénomène de la remballe, procédé qui totalement prohibé dans l’alimentaire. Malgré cette interdiction, ce procédé est pourtant toléré en informatique, mais il est nié ou fortement minimisé par les parties concernées, à savoir fournisseurs, distributeurs et autres intervenants.
    Les prix cassés :
    Cela leur permet d’avoir des prix intéressants, mais pas trop cependant pour ne pas éveiller les soupçons. Ils commandent une partie de leurs produits par les filières officielles et une autre partie des produits sont d’origine inconnue. Ensuite, ils mélangent ces produits d’origines différentes. Cela dans le but d’abaisser les prix, voire de les casser durant des périodes de durée limitée.
    Les exclusivités :
    Certains distributeurs vont même signer des accords d'exclusivité ou négocier pour qu’il y ait un volume minimum de commande à leur fournisseur exclusif ou fabricant. Grâce à ces restrictions, ils sont sûrs de ne pas être inquiétés par d'éventuels concurrents.
    Exemple de la restriction sur le volume :
    Pour accéder au service de support et garantie du fabricant Supermicro, le fabricant demande de faire un chiffre d’affaires minimum garanti de 50’000€/mois. En fait, ces pratiques de volume minimum mensuel sont surtout répandues lorsqu’il s’agit de l’envoi de colis ou de lettres.
    Les Revendeurs :
    Les fabricants tels Cisco, Supermicro, VIA, LG, et c.o, jouent le jeu des distributeurs exclusifs. Au final, c’est le revendeur qui est pris à la gorge. Car il ne peut acheter le produit sans passer par un distributeur. En revanche les distributeurs se réservent le droit de ne pas respecter les contrats signés avec les fabricants, en particulier dans les domaines de support et de garantie. Et il est évident que la teneur de ces contrats n’est pas connue, ce qui fait qu’en cas de litige, il sera difficile de clarifier la situation et de savoir qui est responsable en cas de panne. Ce sera au revendeur de faire appel à son assurance pour régler le litige avec son futur ex-client ! Pourtant il y a quelques rares distributeurs qui assument ces désagrémentscomme ce fut le cas de TechDATA il y a de nombreuses années.
    Citation : zéro tracas, zéro blabla. Il n’y a que l'assurance MMA qui se permet de le prétendre. En informatique, c’est le comportement de l’autruche : en plus clair, parle à mon cul ! Terminator dirait, parle à ma main pour être poli…
    Les Distributeurs :
    Les distributeurs font la pluie et le beau temps. Dans l’agriculture on promeut la vente en directe, car les distributeurs engrangent des marges considérables alors que les revendeurs et agriculteurs ont de la difficulté à joindre les deux bouts. Bien que les revendeurs s’en sortent mieux, car ils peuvent faire payer le service.
    Les Fabricants :
    Dans le domaine du grand public, ce n’est pas mieux en moyenne. Les marges vont jusqu’à 50% selon le volume de la commande. Plus il y a d'intermédiaires et plus votre marge finale est proche du zéro. Pourtant quelques fabricants ont accepté de vendre en direct, chose assez rare, par exemple Apple ou Dell, bien que leurs marges soient plus proches du 2%. Celui qui trouve un fabricant qui n’est pas lié avec un contrat d’exclusivité s’empressera de corriger cette oubli si le fabricant est favorable à cette approche.
    Les Clients :
    Nous voulons tous avoir le prix le plus bas, quitte à chercher sur internet et demander ensuite au magasin de s’aligner au meilleur prix que vous avez trouvé. La seule chose est que peu d’entre nous prennent en compte les frais de port ou de déplacement en voiture, les frais de douane, et de retour en cas de panne…
    Exemple aberrant :
    Comme tout le monde je recherche de bon prix, il y a quelque années j’ai voulu mettre à jour ma carte graphique. Malheureusement pour tout ce qui touche aux produits Apple, les prix sont excessifs. À force de persévérance j’ai trouvé un premier produit sur eBay pour 200 € d'occasion au lieu de 800 €. J’ai passé commande, mais la chance n’a pas suivi : le produit que j’ai j’ai reçu était un porte-clé de la marque, dont la valeur atteignait difficilement 1€.
    Ensuite, j’ai trouvé un magasin qui vendait cette carte graphique au prix de 318€, donc j’ai tenté de nouveau ma chance, en suivant l'adage 100% des gagnants ont tenté leur chance. Le produit est bien arrivé mais avec 184€ de frais de port et 250€ de frais de douane !!! Au final 200 + 318 + 184 + 250 = 952€ à payer, sans compter la TVA.
    Il n’y a que moi à qui cela arrive ?!?
    Conclusion :
    Ces distributeurs peu scrupuleux n’ont aucun souci à se faire. Qui va les poursuivre ? Prenons l’hypothèse qu’un de leurs clients tente de braver le feu en attaquant un distributeur au tribunal. Le distributeur recevrait une petite claque du tribunal, mais il renverrait ensuit une grande gifle à son client en cessant toute relation commerciale avec lui et dans le même temps en informant ses partenaires. En fin de compte, cela se terminerait par un suicide professionnel.
    Messieurs les politiques : veuillez méditer sur ce sujet, car il y a matière à réflexion.

    NoSpy

    Yes I Can Spam !

    Par NoSpy, dans Démarchages

    Depuis plus d’une année, la Suisse veut doter son armée avec de nouveaux avions, en vue d’un risque d'invasion de nos ennemis ou de nos alliés Français et Allemands. Il faut le dire clairement : la Suisse est leur allié tant que cela leur plaît et leur ennemi lorsqu’elle n’est pas en accord avec eux sur la fiscalité.
    Voici notre position sur la fiscalité : (Blog) Qui se justifie s’accuse...
    Mais la Suisse se leurre : la 3ème Guerre mondiale a d’ores et déjà commencé. Et ce ne sont pas des avions ou des armes qui permettront de la gagner.
    Nos politiciens sont des dinosaures et ne comprennent rien au monde virtuel, je parle de l’Internet. Les spammeurs utilisent des réseaux éphémères qui disparaissent au bout de 48h.
    La Chine l’a bien compris, et propose des abonnements à leurs autochtones pour l’envoi en masse de courriels, plus ils en enverront, plus bas sera leur abonnement Internet.
    Cette pratique existe aussi dans le démarchage téléphonique. Le prix de l’appel est préférentiel ! En résumé, plus ils vous pourrissent la vie, moins cher ils paieront les communications.
    Mais les politiques Chinois ne sont pas stupides. Ils sont même machiavéliques. En simple, la Chine refuse de respecter les Conventions de Genève en matière des Droits de l’Homme. Il veulent aussi interdire à leurs citoyens l'accès intégral à l’Internet, et donc à l’information. Il veulent tout contrôler, c’est pourquoi Google veut se retirer de la Chine.
    Il faut dire que le plan des Chinois était presque parfait. Mais c’était sans compter avec NoSpy.
    Plus leurs autochtones envoient des couriels non sollicités, plus le reste de monde bannit leurs IP ou leurs noms de domaine. Ce qui a pour conséquence que les citoyens chinois qui voudraient faire éclater la vérité sur diverses atrocités ou dérapages n’y parviendront pas. Car lorsqu’ils enverront des courriels, il seront directement bloqués par les filtres anti spam, voire directement envoyés vers la corbeille !
    A présent, vous le savez. Alors agissez en conséquence !
    Début des problèmes :
    Depuis le 1 janvier 2010 une entreprise du Web à Genève envoie, par un moyen qui devrait être considéré comme du piratage (hacking) de serveur d'envoi de mail, une masse de publicités non sollicitées. Il faut dire que cette entreprise est novatrice dans son domaine.
    Elle propose à qui y mettra le prix, d’envoyer de la publicité sur une base de données de 600‘000 adresses. Pour éviter tout problème, cette entreprise ne prend en charge que le graphisme de la publicité. Pour le suivi, c’est une entreprise tierce basée dans un autre pays qui aura la charge d’envoyer les courriels. Nous la connaissons tous, elle se nomme Emailvisons et est domiciliée en Angleterre. Ses courriels ne sont pas envoyés de manière anonyme (comme le dit l’un des techniciens de IP Worldcom) : ils se font passer pour votre nom de domaine. Dans les faits, cela se passe comme si vous vous étiez envoyé un courriel à vous-même, via votre propre opérateur internet (dans le cas où le nom de domaine est le même).
    Le Quota
    Lorsque cela nous est arrivé, notre quota de courriels quotidiens a été dépassé. Je me demande si le client de cette entreprise est réellement informé des méthodes discutables utilisées par son mandataire pour l’envoi en masse.
    Notre prestataire de services a pris contact avec l’entreprise qui a envoyé cette publicité.
    Étonnamment, cette entreprise a refusé de leur donner le nom de l’entreprise qui lui a procuré notre adresse de courriel. Si elle n’a rien à se reprocher, pourquoi est-il si compliqué d’obtenir cette information ?
    Logique floue :
    Dites-moi si je me trompe. Lorsque vous voyez un nouveau produit porté dans le rue par une personne inconnue et que vous vous dites c’est génial, que vous lui demandez d’où cela provient, que cette personne part en courant, vous vous doutez que cette personne a quelque chose à se reprocher. Car dans les autres cas, elle vous dira volontiers, voire avec plaisir où vous pourrez vous la procurer !
    Aberration :
    En revanche l’entreprise proposait que notre prestataire lui fournisse la liste des 518 adresses de courriel de nos membres, de manière à vérifier si ces adresses étaient bien dans leur liste. C’est l’hôpital qui se moque de la charité !
    Après discussion avec notre prestataire, l’entreprise a décidé de ne fournir que les noms de domaines touchés, car nous n’étions pas les seuls !
    Il s’est trouvé que l’entreprise de Web à Genève a refusé de faire le tri car il semblerait qu’elle ait plus de 7000 adresses de courriel provenant de @bluewin.ch, et qu’il lui serait donc préjudiciable de s’en passer.
    Mais où va-t-on ?
    Il n’existe aucun service de régulation ou de vérification dans ce domaine d’activité. Pourtant dans tous les autres domaines se font des contrôles :
    Exemple : Restaurant
    Vous avez un restaurant. De temps en temps, le service d’écotoxicologie passe inspecter les lieux. S’il y a le moindre soupçon, on vous demandera le nom de tous vos fournisseurs...
    Souvenez-vous de cette histoire d’une pizzeria qui mettait du Canigou dans ses pizzas...
    Ce sont les éboueurs qui ont remarqué qu’il y avait trop de boîtes de conserve dans leur poubelle, et qui ont alerté les autorités. Après enquête, le restaurant a fermé !
    Exemple : Chantier
    Lorsque vous ouvrez un chantier, des inspecteurs passent pour examiner si tout se passe normalement, demandent la liste des employés, etc.
    Action nulle !
    Pourtant lorsqu’il s’agit de démarchage téléphonique ou d’envoi de courriels en masse, il n’y a aucun organe pour vérifier la provenance de la liste d’adresses. Il n’y a aucune loi qui oblige l’envoyeur a vous indiquer le nom de l’entreprise qui lui a fourni vos données et aucune garantie que ces données seront supprimées. Car il pourrait les revendre dans un autre pays pour rattraper le préjudice causé par l’application de votre requête...
    Le nom d’un spammeur ?
    Il y a quelques mois de cela, je me suis suis procuré un logiciel Internet nommé Twonky Media auprès de : Element 5 - a service of digital river - www.element5.com
    http://twonkymedia.com/TM_server_download.html
    Comme vous me connaissez, j’ai utilisé mon système non breveté de tracking de mail : On a trouvé les noms des spammeurs !
    Et après quelque jours, des pourriels sont arrivés sur une adresse-alias créée uniquement pour le contrôle du suivi de cet achat. J’ai beau eu écrire aux deux entreprises, je n’ai obtenu aucune réponse satisfaisante.
    Émancipation :
    L’entreprise de Web à Genève nous a laissé entendre que nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère dans le domaine de la publicité. Elle détient une liste de plus de 600‘000 adresses, obtenues de manière parfaitement légale. Et nous ne mettrons pas en doute leur parole : d’ailleurs, qui le pourrait, hormis une instance de contrôle de leur acquisition...
    Tracking :
    Nous remercions IP Worldcom, qui a trouvé et bloqué ses courriels non sollicités dans les filtres de ses abonnés.
    Il vous suffit de bannir le nom de domaine *.ccemails.net dans les sources de votre logiciel de courriel, cela limitera un peu les dégâts.
    À titre informatif :
    Pour information, l’entreprise de publicité en masse — que nous ne nommerons pas — nous a affirmé que son activité est totalement légale. Pourtant, il s’agit bien d’une entreprise de spam, selon le dire de son PDG. Or, si je ne me trompe, le spam est bien illégal ?
    Quoi qu’il en soit, l’entreprise d’assemblage publicitaire utilise un réseau qui ne lui coûte rien. Mais en fin de compte, il y a bien quelqu’un qui paie cette sur-consommation de trafic Internet.
    Leur publicité nous aura coûté quelque 2117 €, rien que pour notre serveur !
    Faisons une comparaison, avec des mots simples :
    Prenez la capital de votre pays, disons qu’en permanence il y a 1’00‘000 de voitures qui circulent par chaque tranche de huit heures. Elle sont utilisées par des personnes qui travaillent ou vivent dans les alentours. Ajoutez-y quelque 20% de tourisme par tranche de 24 heures.
    Admettons qu’une entreprise, peu scrupuleuse des infrastructures locales, utilise durant un temps donné cette ville pour y faire transiter 1 milliard de véhicules Hummer, qui contiennent chacun quatre faire-part de mariage. Une partie d’entre eux se perdront, car certaines adresses ne seront pas valides. Dans l’hypothèse la plus favorable, les véhicules qui les portent traverseront plus d’une fois la ville pour les ramener à leur expéditeur. D’autres tourneront des années dans la ville, comme des mouches autour d’une bouse de vache.
    Voilà à quoi ressemble le web : la gabegie totale.
    Le coût de ce trafic supplémentaire se chiffre en millions, mais l’entreprise qui a envoyé tous ces faire-part n’aura fait payer au marié que 500 €.
    Le passé :
    Auparavant, il fallait utiliser les services de la poste, et donc rémunérer son réseau. Depuis qu’existe l’Internet, tout est devenu plus simple. Je ne suis pas favorable à une taxe pour l’envoi des courriels, comme la France le voudrait, mais je ne comprends pas l’absence d’un organe de contrôle de ces bases de données, ou une meilleure législation :
    Les lois en Suisse :
    http://www.bakom.admin.ch/dienstleistungen/info/00542/00886/index.html?lang=fr
    Les lois ci-dessus sont loin d’être adaptées à la réalité des faits. L‘autre problème est qu’il y a de nombreuses lacunes. En Europe c’est 750€ d’amende par adresse de courriel, ce qui est plus proche, car mettre une amende de 1‘000‘080 CHF pour une personne qui a envoyé 10 milliards de mail, ce n’est pas cohérent. En plus il faudrait pourvoir faire appliquer cette disposition, ce qui n’est pas simple. Mais par chance, l’entreprise de Web à Genève qui a envoyé ces publicités n’a pas dû regarder de près les noms des personnes touchées, et par chance cela semble avoir suscité l'intérêt des autorités.
    Le bon chemin :
    La logique voudrait que lorsqu’il y a un litige avec l’une de ces entreprises d’envoi en masse, ont fasse appel à un organe indépendant de médiation (La CNIL en France) qui serait garante de notre tranquillité.
    Le chaînon manquant :
    Techniquement, il serait préférable que le gouvernement soit le garant des bases de données d’envoi en masse, au lieu de passer par Emailvision dans un pays tiers. Ce serait le gouvernement qui s’occuperait de faire ce travail. Ce qui permettrait de remplir les caisses et de calculer de manière précise le coût d'envoi de ces publicités.
    D’autre part, plus besoin d’entreprise d’assemblage de mail. Moi, qui suis votre voisin, pourrais demander une publicité comme pour la radio et la TV, qui serait validée, et me permettrait de l’envoyer dans nos courriels. Dans l’hypothèse où l’on voudrait ne plus être dérangé, on activerait le lien en bas du mail. Chose que plus personne n’ose faire depuis que l’ont sait c’est ce lien qui permet de valider votre abonnement, même si vous activez l’option de désabonnement. Ou un appel vers un numéro de téléphone permettrait de se désabonner. Et une partie de ces revenus permettrait de financer la police anti-spam !
    La vérité des faits :
    Je l’ai déjà dit maintes fois : le spam est une drogue qui rapporte.
    Sauf qu’a présent, il vaux mieux lutter contre le spam que de le laisser prendre du volume, au risque de ne plus pouvoir communiquer. Pour information, sachez que 80% du trafic mondial sont du SPAM
    Avis aux politiques :
    Vous devriez vous bouger, au lieu de vociférer sur le type d’avions, de chars d’assaut et de bombes dont vous croyez avoir besoin d’acheter !!!

    NoSpy
    Y a-t-il de la diffamation dans l’air ?
    Depuis quelques mois, je fais preuve d’une grande retenue envers plusieurs entreprises qui me pourrissent la vie, ou plus exactement le sommeil. Ceux qui me connaissent savent que je suis assez grognon au réveil, surtout si cela fait deux heures que je viens de me coucher, et que je suis dérangé par un démarchage téléphonique ou une autre entreprise stupide de ce genre.
    La première fois que l’on est réveillé par ces gêneurs, on leur explique gentiment que nos horaires ne sont pas ceux de la majeure partie des gens.
    Et l’on nous répond aimablement que cela n’est pas mentionné dans l’annuaire téléphonique, et pour cause : cette indication ne figure pas dans le Directory de Swisscom. En revanche vous pouvez dire : pas de pub, mais il vous sera impossible d’informer que vous n’êtes pas sur le même fuseau horaire 8h00 - 18h00 que vos voisins !!!
    Personne de vérifiera que ces entreprises respectent bien cette petite mention...
    Et aucune sanction, financière ou d’une autre nature, n’est prévue à l'encontre de ces emmerdeurs !
    Cela a pour conséquence que depuis janvier 2010, je suis devenu insomniaque ou, comme le disent mes proche, que je suisdéphasé. Et ce n’est pas faute d’avoir tout tenté : je me suis procuré une console de jeu avec un jeu de combat, car lorsque l’on vous réveille au beau milieu de votre sommeil, que ce soit la nuit ou durant la journée, il faut bien taper sur quelque chose pour se calmer. En espérant que Morphée ne vous emportera pas au milieu de votre déjeuner comme le ferait un narcoleptique. Car lorsque vous n'aurez pas dormi durant 5 nuits, vous serez irritable et très très grognon, voire presque saoul.
    Solutions autruche :
    Au final, j’ai débranché mon téléphone pour avoir la paix. Mais je suis tête en l’air et j’oublie par fois de le réactiver. Cela a pour conséquence que mon entourage ne sait même plus que j’existe. Après quelque semaines j’ai donc abandonné cette façon de faire. (Désolé Noliko)
    Le détective 007 :
    Bref, vu que je suis devenu temporairement insomniaque, j’ai comme qui dirait du temps à perdre. Donc j’ai voulu en savoir plus sur cette entreprise qui me pourrit la vie. Mais rien ne va plus lorsque l’on s’y attaque. Cette entreprise de démarchage vous appelle en numéro masqué. Cela n’est pas illégal, mais si cette entreprise refuse de vous donner un moyen de la joindre, cela se transforme en appel anonyme, qui est puni par la loi !
    Par chance, il semble que je sois pas le seul à ne plus supporter les multiples démarchages chaque semaine. Donc Swisscom propose une solution pour rentre visible les numéros masqués. Ce service est disponible pour la contre-partie de la coquette somme de 98 CHF, et il faut prendre contact en moins de 48h. Et là, oh miracle, les 16 sondages ou pubs de démarchage se cachent derrière une seule et même entité !
    Voici la boîte qui pourrit mon sommeil paisible : http://www.omnicom.ch/fr/contact/neuchatel.html
    Réflexion mystérieuse :
    Ce qui m’a étonné, c’est que mon numéro ne figure ni dans l’annuaire téléphonique ni même sur internet, au dire d’une lettre qui m’est parvenue de la part de Swisscom.
    Mais suite à une erreur de manipulation avec Windows, Swisscom a vendu par erreur mon numéro. Bien sûr, à mon insu, et cette entreprise a aussi oublié de m'informer du probable virus qui a aspiré mon numéro par erreur ou par profit !
    Discussion aberrante :
    Suite à cela, après d’interminables discussions, Swisscom m’a proposé tout naturellement de changer de numéro. Cela pour une somme non définie, car c’est de ma faute si Swisscom emploie des employés incompétents qui ne savent pas que Windows a besoin d’anti-virus ou d’anti-crétins !
    Je leur ai demandé de prendre toute mesure utile pour récupérer ces numéros, mais à ce jour je n’ai obtenu aucune réponse. Pour information, il y a 2 ans ce bug est arrivé, et j’avais décider de ne pas faire de vagues. Mais ce numéro je l’ai depuis plus de 15 ans et je vais me battre pour que quelqu’un paie.
    Car il y a 2 ans j’avais cru comprendre à tort que Swisscom et Directories n’étaient pas la même entreprise. Toujours est-il que ce numéro a été volé, comme je l’ai notifié à Swisscom.
    Ce qui signifie que toute entreprise qui utilise ce numéro fait du recel, un procédé qui est légalement répréhensible !
    Solutions massue :
    Depuis que j’ai compris cela, j’ai changé de ton au téléphone.
    Transcription téléphonique du 2010-02-08 16h51 DVD Fly
    Durée de la conversation : 1 min 06
    Numéro : Masqué
    Localisation : Omincom (0848-720-720)
    Oui, Allo
    $ Bip... Oui Bonjour je m’appelle Yann de DVD Fly j’aurais aimé parler avec M. NoSpy ou Mme NoSpy
    C’est moi-même
    $ En fait, je voudrais vous prendre 30 sec pour vous parler de notre site internet. Peut-être le connaissez-vous déjà ? En faite nous nous appelons DVD Fly
    Oui, et où avez-vous obtenu ce numéro ?
    $ Excusez-moi ???
    Où avez-vous trouvez ce numéro.
    $ Alors je ne sais pas exactement où nous avons trouvé ce numéro !
    Eh bien, vous allez me le dire, car ce numéro il est sur liste noire et je voudrais savoir d'où il provient. Car vous utilisez un numéro volé.
    $ D'accord
    Veuillez me dire où et comment vous avez obtenu ce numéro.
    $ Honnêtement, j’en sais rien !
    Alors donnez-moi le nom de la personne qui le sait, car sinon je vais déposer plainte contre votre entreprise pour violation de la sphère privée.
    $ J’en ai aucune idée...
    $ Ecoutez, je ne voulais pas vous déranger à ce point.
    Non, Non, il n’ y a pas de problème Monsieur, cette communication est enregistrée. Donc vous allez me donner le nom ou le CD par lequel vous avez obtenu ce numéro afin...
    $ Je vous souhaite une très très belle fin de journée. Ont vous rappellera plus tard bip bip bip.
    Quelques jours plus tard, un démarchage par M. Manon pour un produit de la Tribune de Genève à 49 CHF. Là, la discussion a duré un plus plus longtemps. Mais c’est toujours le même baratin. Et cela finit toujours de la même manière : on vous raccroche au nez dès que vos questions dérangent.
    Etonnamment, cela ne semble pas déranger ces entreprises. Pire, lorsque vous leur demandez de vous donner le nom de l’entreprise qui leur a vendu votre numéro, on vous répond :
    Je suis désolé, ce n’est pas nous qui composons le numéro, cela provient d’une base de données, bip bip bip.
    Logique floue :
    Dites-moi si je me trompe, mais lorsque vous voyez un nouveau produit porté dans le rue par une personne inconnue et vous vous dites c’est génial, que vous lui demandez d’où il provient, et qu’elle parte en courant, vous avez toute raison de penser que cette personne a quelque chose à se reprocher. Car dans tout autre cas, elle vous dira volontiers, sinon avec plaisir, où vous pouvez vous le procurer !
    Les malfaisants :
    Eh bien, Omnicom & c.o ne vous répondrons pas. On vous dira que l’on supprimera votre numéro de cette cible. Mais on ne vous fournira pas le ou les noms des entreprises qui ont fourni ces numéros.
    Car c’est bien joli de savoir qu'il me gomme de leur base de données (sans lettre écrite) : cela n'empêchera pas le receleur de revendre à qui le voudra ce numéro, voire de le rendre public.
    Toute action engendre une réaction :
    Bizarrement, quelque jours après que j’eus discuté avec les malfaisants, j’ai constaté un appel entrant. Je me suis dit, voici la Help-Line MAFIA, avec le schéma presque identique : Numéro masqué et la personne ne se présente pas. Il faut dire que le ton était bien cru.
    En gros, j’ai mis le doigt sur quelque chose d’énorme pour que cela les inquiète. On m’a bien fait comprendre que si je les cherchais, je pourrais payer le prix fort ! On pourrait rendre public mon numéro ou le fournir à des vrais spammeurs, qui eux ne sont pas bridés par les lois, quoique...
    Solution radicale :
    Il existe une solution pour bloquer les numéros masqué en Suisse : *99# sur votre téléphone analogique. Pour le ISDN, il faut téléphoner au 0800 800 800 Cela bloquera tous les appels masqués !
    Ce qui est drôle, c’est que Omnicom fait du recel de numéro volé.
    Je me demande ce que la justice va me proposer pour résoudre ce problème.
    Car il faut le dire très clairement : j’ai demandé à de nombreuses reprises à ces entreprises de me fournir le nom de l'entreprise qui leur a donné mon numéro. Mais comme M. Yann ou Mme Mannon dit : désolé de vous avoir dérangé, on vous rappellera plus tard !!!
    Très réellement, j'espère avoir un dédommagement pour compenser le temps que j’ai perdu à traquer ces salopards et les frais engendrés pour les trouver.
    J'espère que l’OFCOM mettra de l’ordre dans cette nouvelle forme de pollution, et non une sanction bidon comme cela se vérifie actuellement, car elle n’est accessible qu’aux riches.
    Concrètement ce que je voudrais est tout simple :
    Lorsque l’on demande à l’une de ces entreprises de démarchage de nous fournir le nom de l'entreprise qui leur a donné notre numéro ou mail, qu’elle le fasse !
    Dans le cas contraire l’usager pourrait déposer plainte. Cela engendrerait une amende automatique de 10‘000 € si dans les 30 jours cette requête n’a pas reçu de réponse.
    Avec une lettre de confirmation que l’on vous ont supprimé de cette liste, qu’il ne feront pas de vagues, avec mention des noms des revendeurs...
    Il faudrait aussi interdire à ces entreprises de pouvoir appeler en numéro masqué.
    Ou que les opérateurs téléphoniques mettent une surtaxe pour tout numéro masqué. Car le pire dans cette histoire c’est qu’ils ont un prix préférentiel pour vous appeler ! En simple, plus on vous pourrit la vie, moins cher l’on paie les communications. Quel non-sens !!!
    Il manque une instance de régulation et de surveillance pour ce type d’abus en Suisse et un organe de contrôle européen. En France la CNIL est là pour veiller au grain.
    Mais cher lecteur, ne vous en faites pas, la justice est en marche. Espérons qu’il ne faudra pas attendre 10 ans.
    Note pour Omnicom:
    Monsieur le Directeur de Omnicom,
    Si vous désirez que je supprime le nom de votre entreprise dans cette article, cela entre dans la mesure du possible via le paiement d’une somme raisonnable de 100‘000€ TTC. Et en prime, le nom des entreprises qui détiennent en otage mon numéro. Vous connaissez mon numéro, inutile de vous le rappeler.
    Bonne journée.
    (1er manche) – (2ème manche) – (3ème manche)

    NoSpy
    Savez vous la différence entre une cartouche HP, simple contenance et double contenance ?
    Lorsque vous achetez une imprimante HP à jet d’encre, les cartouches qui sont fournies sont de type demi-contenance.
    On peut penser de cela, tout naturellement, que une demie égale la moitié de un. Hélas, c’est tout faux !
    Si HP vend des simples contenances et des doubles contenances, comment une demi-contenance pourrait être la moitié.
    Reprenons simple contenance veut dire 50%, double 100%, car comment mettre 2 litres dans une bouteille de 1 litres sans en modifier sa forme ?
    Avec ce raisonnement, on arrive à la conclusion que demi contenance veut dire 25% !!! Simple = 50% Double = 100% On pourrait comparer HP à un casino. En fin de compte, seule la banque gagne. Car même si HP limite la contenance de ses cartouches avec des jeux de mots, cette entreprise sait qu’un jour quelqu’un comprendra et trouvera le pot-aux-roses. Alors elle a ajouté quelques joker dans son chapeau. Ces jokers se traduisent par des puces. Trois puces, plus exactement.
    Première puce chez HP : la durée d’impression :
    Une puce calcule la durée de vie dans le temps. La durée de consommation est estimée entre 1 et 2 ans suivant les pays. C’est une règle qui ne change pas et qui est invariable.
    Un jours une entreprise a fait une géniale liquidation du stock. Au lieu de payer 50€ une cartouche elle la vendait à 5€ ! Je me dit : quelle bonne affaire ! Un soir de Noël, je place ma cartouche dans l’imprimante. Tout va bien. Mais au petit matin mon fax couleur me signale quelque chose. Eh oui, ils ont aussi le mode double effet Kisscool ! Après le plaisir vient la baffe ! je reçois le message suivant : cartouche vide !!! les 21 cartouches affichent toutes le même message. N'oublie pas l’effet Kisscool ...
    J’ai téléphoné en janvier à HP pour avoir la réponse à ce problème. On m’annonce qu’une cartouche d’encre a une durée de vie de 6 mois à 1 ans maxi. Or c’était faux, faux, archi-faux !!! Purement commercial.
    En rangeant quelque vieilleries, je tombe sur ma première imprimante HP couleur Desk Writer 550c . Je me pose la question : fonctionne-t-elle encore ? J’ai 2 cartouches neuves, jamais déballées ; une couleur et une noir. Eh oui, c’est pas nouveau, les cartouches une pour toutes les couleurs. Et là ça fonctionne ! Oh, miracle de la technologie ! La plus grande galère a été de ressortir mon vieux Mac IIx et de remarquer que les ventilateurs sont moins bruyants que mon nouveau OP millésimé 2008 sur Windows Vista. Bref... (Mon iMac 24” intel 3Ghz va pas tarder... Puissance et silence un mariage unique sur les iMac).
    Seconde puce chez HP : le droit d’impression :
    HP tient compte d’une estimation de 300 pages A4 imprimées à 5% par cartouche. Tant que vous faites du texte, le nombre de page est correct. Mais la puce ne prend pas en compte la qualité du nombre de page imprimées en brouillons ou imprimées en photo, dans la mesure où ces impressions ne consomment pas le même volume d’encre.
    Troisième puce chez HP : le droit de passage :
    HP ne vous a pas oublié : il y a une 3ème puce, sur le droit de passage de l’encre par la tête.
    Là ou c’est le plus flagrant, c’est lorsque l’on imprime 35 pages à 80% A4 photo avec une cartouche en mode photo brillant. Une chose que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’en mode photo elle nettoie de 4 à 10 fois plus la tête qu’en mode standard. Elle fait une passe (aller + retour) puis nettoie la tête, avec pour conséquence une perte d’encre !!!
    HP vous dira que qu’il y a nécessité de faire ce type de nettoyage. Mais pourquoi ne pas mettre un capteur pour vérifier l’état de la tête. Tout simplement parce que vous changerez moins souvent la cartouche et l’imprimante serait plus coûteuse.
    La position de HP sur les cartouches d’encre remplies : attention, risque d’explosion ! Nous déclinons tout responsabilité et vous perdrez la garantie de même que votre possibilité de racheter une imprimante chez nous...
    Conclusion :
    Oublier la marque HP en jet d’encre et la laser ? C’est presque encore plus drôle. Car le droit d’impression est calculé sur le poids et le droit de passage sur l’unité d’imagerie. Donc si la puce dit vide mais que vous alourdissez la cartouche par un remplissage sauvage (comme dirait HP), le phénomène suivant se produit : lorsque vous allumez votre imprimante elle affichera que la cartouche est vide car la puce lui donne cette indication. Mais ensuite, lorsque elle la pèsera, elle dira qu’elle est pleine. Pour tout être humain, une telle contradiction suffira pour consulter un psy. Heureusement que ces imprimantes ne peuvent pas s’exprimer vocalement...
    Elle vous diraient :
    J’ai déduit la valeur que vous nous avez volée sur votre carte de crédit ! et avisé un avocat...
    Destruction dans 5 sec. Ne vous éloignez pas, merci et bonne journée.
    Ce message vous a été offert par XYZ fabricant d’imprimantes depuis 1929…
    Il faut savoir que les Suisses étaient les premiers à faire du remplissage de toner pour les imprimantes laser d’entreprise. Bien que les imprimantes laser consomme moins, il n’en reste pas moins qu’elles sont une catastrophe écologique en termes d'énergie et de matériaux de remplacement.
    Car dans le passé, on pouvait dire que c’était écologique, puisqu’il n’y avait pas grand chose à remplacer. Mais ces fabricants capitalistes ne recherchent qu’à maximiser leur profit : pour le meilleur et le profit.
    Ils ont trouvé comment créer des imprimantes qui sont totalement dépendantes d’eux. Un peu comme des vendeurs de drogue : le système est le même. Ils créent l’offre et vous rendent dépendants. Essayez de changer de fournisseurs : ils tuent l’imprimante et vous rendent responsables. (perte de la garantie)
    Le monde va mal, très mal, mais dans ce monde seul le profit compte, et tant que cela sera vrai, rien ne changera.
    Que faire ? faire disjoncter le système du profit. Utiliser et promouvoir les produits de substitution, par exemple les cartouches génériques, s’associer pour modifier les imprimantes, de manière à ne plus être dépendants de ces abus. Forcer les fabricants à ne plus vendre à perte les imprimantes et à maximiser ainsi la pollution. Si l’on était en France dans une boucherie, le boucher serait poursuivi par cette méthode (vente à perte), qui est totalement interdite.
    Voici le dernier slogan des vendeurs :
    achetez une imprimante et lorsque les compartiments de toner seront vide, jetez là ! car racheter les toner ou l’unité d’imagerie vous reviendra plus cher d’une imprimante neuve !!!
    Ils ont compris ce que veut dire “faire disjoncter le système du profit” Mais ils scient aussi la branche sur la quel ils sont assis !
    Comment choisir une imprimante ? regarder par les cartouches générique, cela aide...
    Une imprimante laser couleur à moins de 750 € est une arnaque. Car il y a 10 ans, son prix était de plus 3750 € !!! la mondialisation a aidé à réduire les prix, mais il n’y a pas que cela.

    NoSpy
    Il y a quelques années de cela, j’ai été témoin d’une arnaque bien rodée.
    Plusieurs de mes connaissances ont reçu par la poste leurs relevés téléphoniques de Swisscom. Il les ont payés sans attendre. Quelques semaines plus tard, ils reçurent la même facture, dont le montant avait augmenté de quelques euros. Ils pensèrent qu’il y avait eu croisement des courriers et téléphonèrent a Swisscom pour résoudre le problème. Swisscom les informe qu’ils n’ont pas envoyé la première facture.
    Il se trouve qu’à quelques détails près, la première facture est la même que la seconde. On se pose donc la question de savoir à qui profite l’affaire ?
    Il semble qu’une entreprise peu connue de France voisine génère de vraies fausses factures...
    La question que nous avons posée, et qui n’a étrangement suscité aucun commentaire, est celle de savoir par quel hasard la fausse facture ressemble autant à la vraie ?
    Comment se fait-il que cette facture contienne toutes les informations nécessaires, comme la facture que Swisscom envoie habituellement, à quelques détails près, peu évidents. Cinq ans après cette arnaque persiste, mais a évolué.
    Dans le cas ou vous seriez inscrit au Registre du Commerce, il peut arriver que vous receviez une fausse lettre du Registre du Commerce (plus connu sous les nom de Registre du commerce industriel, Registre du Commerce Suisse ou encore Registre du Commerce et de l’Industrie) pour un renouvellement d’inscription, au prix moyen de 500€ par année !!! Étrangement de nouveau, les autorités ne semblent n’avoir rien fait.
    Ou alors c’est la faute des consommateurs qui ont oublié de déposer des plaintes...
    Le comble de cette arnaque se présente lorsque vous retrouvez sur votre voiture une fausse amende.
    Les autorités répondent que vous devez être bien vigilant avant de payer quoi que ce soit.
    Je vous laisse imaginer, dans les cas où les 100 factures mensuelles que vous recevez sont en partie fausses, le travail nécessaire pour vérifier laquelle est vraie et laquelle ne l‘est pas, vu que ces factures ne pas envoyées sous pli recommandé, par souci de diminuer les coûts !
    Une solution est de payer dans les derniers jours de l’expiration de la facture, avant un rappel...
    Il existe des solutions à ces problèmes, mais personne ne semble intéressé à les mettre en oeuvre.
    L’idée est que toute personne vivant dans un pays ait un compte sur le site du gouvernement pour recevoir les factures (NoSpy@admin-ge.ch.gov). De cette manière, nous pourrions éviter ce type d'arnaque et fortement diminuer les coûts d’émission et d’envoi de factures. Cerise sur le gâteau, c’est un procédé écologique, car économe en papier...
    Si vous payez la fausse facture, on ne vous remboursera pas, sauf dans le cas de figure où les autorités s’occupent de ces petites escroqueries. À ce jour, cela reste de petites sommes, inférieures à 500€ vue. Cela s’explique par le fait que c’est un abonnement que vous souscrivez. Il sera très difficile de vous en défaire sans recourir aux services d’un avocat, car les informations fournies par ces entreprises sont partielles et rarement mises à jour. Tout est conçu pour vous rendre difficile le désabonnement : ces entreprises ont tout mis en oeuvre pour vous faire payer un max !

    NoSpy

    Télé-sauvegarde...

    Par NoSpy, dans Traquenard

    Voici la nouvelle arnaque qui sévit sur internet
    Depuis quelques mois nous recevons en permanence des offres du genre :
    Un fait étrange :
    personne n’a su nous expliquer par que moyen ces intervenants ont obtenu nos adresses électroniques. Chose encore plus étonnante : certaines des adresses de courriel n’ont été fournies qu’à une seule et unique personne ou entreprise. Donc nous sommes en droit de nous demander si ces pseudo-entreprise de télé-sauvegarde ne trouvent pas dans les données personnelles de leur clientèle les éléments qui leur manquent pour leur permettre une expansion rapide.
    Autre caractéristique curieuse : la faiblesse de cryptage utilisé pour garder vos données personnelles. En effet, le cryptage 128 bits est largement dépassé. Actuellement, la norme est 256 bits à 4096 bits ! Il y a de nombreux points bien obscurs, telles les clauses de confidentialité qui ne sont nullement disponibles sur leur site. Dans la réalité, on vous fait vous payer un service sans aucune garantie.
    Le mieux c’est que ces boîtes ont souvent un numéro de téléphone payant. Il est donc impossible de les contacter de l’étranger, ce qui est notre cas. Il serait temps que la Justice se penche un peu plus sur cette eldorado de la violation de la sphère privée, par exemple la CNIL pour la France.
    Conclusion:
    Vous payez à une entreprise un service pour qu’elle vous vole vos données personnelles. Que se passerait-il si cette entreprise subissait une panne ou une perte de données ? Rien, tout cela serait pour votre pomme ! À l’inverse des onduleurs professionnels, qui vous fournissent une garantie en cas de panne de matériel, jointe à une assurance qui est à la mesure de la valeur du système informatique que vous avez.
    Donc si vous voulez faire des sauvegardes, un compte .mac ou infomaniak suffira. Pour les autres, achetez des Ultrium et prévoyez des armoires ou coffres-forts ignifugés.
    PS Si on appliquait la loi anti-terroriste, ces entreprises seraient en droit de vérifier vos données, et dans le cas ou vous auriez des logiciels non originaux ou des schémas de bombes de type kouglof, elles pourraient vous dénoncez...

    NoSpy

    La loi du marché

    Par NoSpy, dans Décryptages

    Dans le monde informatique il existe des lois du marché qui semblent immuables.
    Ces lois sont celles qui vous poussent a la consommation. Elle sont nettement plus présentes dans le monde windows, à l'inverse du monde mac. Quoique...
    Lorsque vous vous offrez un nouveau OP basé sur Windows et que vous êtes un accro du jeu, vous avez des impératifs commerciaux qui sont ceux de racheter en permanence la plus récente carte graphique pour rester dans la course.
    Les créateurs de jeux n’ont pas réellement intérêt à ce que vous changiez tous les mois de carte graphique, car cela complique leur travail.
    Si comme sur OS X vous gardez durant 1 ou 2 ans la même carte graphique, ils pourraient optimiser le jeu à votre ordinateur du moment.
    Alors pourquoi cette escalade ? les fabricants de ces fameuses cartes vidéo font les yeux doux aux créateurs de jeux pour qu’il rendent compatible leur dernier modèle, étant sous-entendu incompatibles les anciens modèles ou disons plus simplement moins performants.
    Pourquoi les créateur de jeux acceptent-ils cela ? Parce qu’ils sont subventionnés par les fabricants de ces fameuses cartes vidéo. Certains vont même jusqu’à demander des exclusivités pour garantir leur suprématie dans le domaine.
    En gros, il ne perdent pas d’argent à rendre compatibles les nouvelles carte, vu que les fabricants de ces cartes graphiques leur payent la différence, et même avec un petit plus en prime.
    (Personnellement je suis pour l’optimisation du code. Je me permets de faire un petit clin d’œil a mon ex-professeur (M. Besson) de programmation C, qui nous serinait avec cela et la terminologie de la probabilité que, à tort, je n'appréciais pas beaucoup.)
    Il y a de nombreuses années ce cela, avec quelques potes, nous avions développé un jeu et nous avons été abordés par l’un de ces fameux fabricants, qui nous a demandé de rendre compatible notre jeu et bien sûr le rendre incompatible avec ses concurrents. Nous avons refusé, mais cela fut une grosse erreur. Car lorsque vous débutez dans ce domaine, il y a des licences à prendre, et si vous ne respectez par les règles, il savent comment vous détruire... en vous refusant la licence de développement dans leur environnement...
    Le pire dans le domaine est Microsoft. Cette entreprise exige un pourcentage à la sortie de votre jeu sur leur console... Il est possible que cette pratique soit abolie mais je n’en suis pas certain.
    Apple ne se laisse pas faire dans ce domaine, et ne propose pas aux utilisateurs la dernière carte ou des évolutions tous les mois, comme le demande la loi du marché. C’est aussi pour cela qu’il n’y a pas quantité de jeux sur cette plate-forme, compte tenu du fait qu’il est nécessaire de tout coder de nouveau pour des cartes graphiques qui ont 2 ou 4 générations de retard. Mais je suis amusé de constater les spécifications techniques de certains jeux : processeur cadencé à 2.8Gh minimum et carte graphique de la dernière génération, alors chez Apple pour le même jeu se contente d’un processeur à 1.6Ghz et d’une carte graphique standard...
    Il faut dire que avons entre les mains de monstres de puissance. S’il n’y avait pas la loi du marcher, on pourrait s’en tirer avec des processeurs de 1Ghz et des cartes graphiques qui auraient une durée de vie de plus de 2 ans, voire 3 ans.
    Mais les créateurs de jeux ont bien compris la combine : rendre compatible les cartes graphiques n’était que le premier pas. On peut aussi demander que d’autres éléments soient pris en compte. En réalité, les jeux exigent un processeur de 3.2Ghz. Une fréquence de 1Ghz suffirait si l’on part du principe que vous n’utilisez pas 200 applications en même temps sans prendre en compte le système d’exploitation.
    À la base, la carte graphique devrait tout résoudre. Il n’y a donc pas besoin de changer chaque année d’ordinateur. Mais cela ne suffit plus à la loi du marché : à présent il vous faut un lecteur DVD et prochainement un lecteur Blue-Ray ou HD-DVD car le jeu prendra plus de place que prévu. Pourquoi cela ? Pour 2 raisons. La première est la loi du marcher et la seconde c’est que tout cela est plus complexe à copier ou plus long à télécharger.
    (ceux qui piratent les jeux sur internet doivent se rendre compte que télécharger pendant 2 semaines un jeu coûte plus cher que de payer 45€, si l’on prend en compte la fourniture de l'électricité, le prix de revient de l’ordinateur, la connexion Internet...)
    Ensuite ils voient que le marché vous propose des disques durs internes de faible capacité, de 40Go voire 120Go alors que les nouveaux jeux en moyenne prennent 4Go donc il faut des disque durs plus gros, des ordinateurs plus performants pour traiter plus de données. Voilà le mode dominos lancé ! Ne pas suivre la loi du marcher revient à enterrer votre ordinateur Windows. Car si vous ne suivez pas la loi du marché, vous ne pourrez plus y revenir sans devoir tout racheter. Car tout le problème est là : il y a une évolution mais elle n’est valable que pour un temps. J’ai par exemple une veille carte graphique qui date de 4 ans. Dans la vie, 4 ans ne sont pas grand chose, mais en informatique c’est long, sachant que les évolutions ont un rythme de 3 mois si l’on prend en compte tous les fabricants et les concurrents.
    Si ma carte graphique me lâche je me dis que ce n’est pas grave : je vais en racheter une. Hélas, le format qu’elle utilise a été abandonné et j’ai raté la vague de l'évolution. Solution : trouver une carte d'occasion ou trouver un revendeur qui aurait un vieux stock. Mais le revendeur revend son stock à un prix exorbitant : en effet, dans toute civilisation il y a toujours des profiteurs. Ceux qui cherchent à proposer le dernier cri avant tous les autres, et ceux qui stockent en vue de ramasser un futur jackpot.
    Si l’ont comparait l’informatique à l’automobile, ont pourrait dire que tous les 6 mois on changerait de carburant et 2 ans plus tard on arrêterait la production du carburant précédent. On pourrait aussi dire que les clefs appartiennent au passé, et qu’elles sont remplacées par la reconnaissance vocale et qu’il n’y a plus aucun artisan capable de produire des clés à un coût raisonnable.
    Une technologie commence à disparaître : les écrans à tube sont remplacés par des écrans plats.
    vous voulez acheter un écran informatique à tube cathodique, par exemple un écran de 30” à résolution de 1920x1200. Le prix sera exorbitant et il est d’ailleurs peu probable qu’on en fabrique encore. Mais cette évolution n’est pas mauvaise en soi, car elle a permis de réduire la pollution engendrée par par le transport des ces marchandises lourdes, leur consommation et leur encombrement.
    A présent, imaginez que les créateurs de cartes graphiques sont les fabricants d’écrans plats. Vous achetez un logiciel tel Word ou Pages. On vous annonce, lorsque vous ouvrez le logiciel : “désolé vous ne pouvez utiliser cette application avec votre écran car il ne satisfait pas la norme 99BzC”. Puis vous lancez un jeu et de nouveau on vous dit : “désolé, vous n’avez pas la résolution minimum recommandée de 1920x1200, voire plus subtilement: “le pied de votre écran plat n’est pas à la bonne couleur”. Voilà ce que les fabricants de cartes graphiques vous obligent à faire : des concessions inutiles. Ils vous diront: “la carte est plus rapide de 10%”, en omettant de vous dire qu’elle consommera aussi 50% de plus et donc vous serez tenus de changer votre alimentation d’ordinateur qui ne pourra supporter la charge demandée sur du long terme. Ou votre carte mère sera grillée car elle n’est pas adaptée à ce type de carte graphique.
    Que peut-on faire à cette loi du marché ? Je voudrais vous dire simplement : “achetez des produit Apple, mais cela ne changerait pas grand chose, car les fabricants de jeux vidéo commencent à faire les yeux doux et à se lancer dans la polygamie. Heureusement, nous avons nos amis les Hackers qui sont les seuls à pouvoir nous sauver du naufrage. Ces fameux Hackers suppriment les limitations logicielles des jeux et autres applications, par exemple word processeur minimum 2Ghz quand un 200Mhz suffirait. Microsoft vous dira : “avec un 2Ghz vous pourrez taper plus vite”. Je réponds : prenez des cours et apprenez à utiliser vos 10 doigts sur votre clavier. Microsoft répondra :” oui, mais le correcteur orthographique ira plus vite, alors prenez aussi des cours de français. Personnellement je ne suis pas le bon exemple c’est sûrement pour cela que les articles mettent si longtemps à sortir sur ce site. Si je prenais un 3000Ghz, je pourrais vous proposer un article toutes les minutes...
    Conclusion
    Intel et AMD développent activement l’ordinateur de demain, qui se passera de carte graphique. L’ordinateur aura tout en un. Les fabricants de cartes graphiques ne prennent pas cela en bonne part, mais heureusement pour ATI, AMD les a rachetés...
    Pour conclure, il y a quand même un comportement absurde de la part de ces fabricants de cartes graphiques. Lorsque les fabricants de cartes graphiques proposent une nouvelle génération de cartes, il ne proposent pas les pilotes (drivers ou micro logiciels) pour en tirer parti. Oui, vous avez bien lu : Il appartient à Apple et aux autres intégrateurs de développer les pilotes des cartes graphiques pour leur OS X ou leur marques. Par analogie, ce serait comme vendre une voiture sans châssis, ni essieu, ni roue. Et l’on vous répondrait : désolé, ce n’est pas à nous de faire cela.
    C’est un peux gros non ?
    Les fabricants proposent tous les plans pour fabriquer les pilotes, mais sans aller au bout des choses ou proposent une version basique sans l'optimiser pour le système d’exploitation, et c’est à Apple et à Microsoft de se débrouiller pour faire fonctionner cela. Il ne faut plus s’étonner qu’il y ait des conflits et que Windows ait autant de problèmes de stabilité. Car chaque entreprise qui fait de l’intégration peut acheter une licence pour développer sa petite version personnalisée de carte graphique. Et Microsoft propose une version générale. Alors que logiquement cette tâche incomberait entièrement et seulement au fabricant de la carte.
    Bien que cette tendance soit en passe de changer, Apple a bien compris le problème bien avant tout le monde. Si le créateur de la carte graphique s’occupe des pilotes, il pourrait prendre toute disposition pour qu’à la sortie de chaque nouvelle génération de carte graphique,une mise à jour des vieux pilotes soit proposée. Cela favoriserait moins la vente du nouveau produit. Cette pratique a été dénoncée par certains magazines informatiques.
    À cette critique, le fabricant répond : “ce sont des employés mal intentionnés ou il s’agit d’un bug...
    Quoi qu’il en soit, on n’est pas prêt d’en sortir.
    PS
    Si un dirigeant de AMD passe par là, sachez que l’on attend toujours les pilotes Windows pour la carte Vidéo ATI Radeon HD 2600 Pro qui est proposée dans les iMac Alu 2007 et que l’on voudrait bien que vous proposiez d’autres cartes vidéo et non seulement celles que Apple vous a subventionnées !
    Cher lecteur, vous n’avez pas la berlue : ce n’est pas AMD qui subventionne Apple, comme le voudrait la loi du marché. C’est à Apple de financer AMD pour qu’il propose des cartes graphique sur Mac !!! et c’est aussi à Apple de développer les pilotes... Pour Windows et OS X !!!
    Et voici la tuile : Microsoft ne voit pas d’un bon oeil que les Mac supportent Windows...
    D'ailleurs si vous voulez acheter Windows pour Mac, Microsoft exige que vous achetiez une vraie licence de OS X en plus (donc une de plus que celle qui est fournie avec votre Mac) ! Et si vous voulez utiliser Windows avec Bootcamp et Parallèle, Microsoft exige que vous achetiez une licence pour chaque logiciel d’émulation, alors que le contrat stipule une licence par ordinateur (ou une licence par mac adresse. Il faut les comprendre : il sont furieux de ne pouvoir forcer Apple à respecter la loi du marché !!!
    C’est avec ce genre de petites choses que l’ont voit où sont les escrocs...
    Vous êtes encore sceptique ?
    Pourquoi les consoles de jeux ne sont pas mises à jour tous les 3 mois ?
    Car les jeux sont optimisés pour tirer le maximum de performances de cet outil.
    Les 3 nouvelles consoles du moment sont la PS 3 de Sony, la XBOX de Microsoft et la Wii de Nintendo. Bien que cette dernière n’ait pas une carte graphique ultra performante, les jeux sont toujours aussi riches en graphisme. Et toutes ces consoles sont là pour durer quelques année et non 3 mois comme le voudrait la loi du marché des cartes graphiques.

×