Aller au contenu
NoSpy
  • Un échange sous garantie...

       (0 avis)

    NoSpy

    Un échange sous garantie de votre disque dur, pourquoi pas. Mais que deviennent vos données personnelles ?

    Il y a quelque mois de cela, un module externe est tombé en panne. Ce module contenait 4 disques durs. Heureusement pour nous les données contenues dans ce module étaient en miroir sur un autre module. (« en miroir » signifie une copie à l’identique à un autre emplacement). Nous prenons contact avec notre vendeur pour un échange sous garantie.

    Dix jours passent et notre module revient neuf, parfaitement fonctionnel, en échange standard sous garantie. Durant trois mois aucun problème.

    C’est alors que l’un de nos clients VIP nous appelle pour se plaindre : en effet, nous sommes une petite entreprise de service.

    Il se plein de recevoir de nombreux courriers électroniques non désirés (spam) à l’adresse de courrier électronique qu’il nous a communiquée.

    De plus il reçoit aussi de la publicité via la poste, une publicité du même genre que le spam. Pour bien faire les choses, il nous signale qu’on l’appelle aussi sur sa ligne de téléphone privée pour du démarchage.

    Tout cela nous inquiète beaucoup.

    Nous faisons une petite enquête et nous découvrons que tous nos clients dont le nom commence de la lettre A à F reçoivent aussi des publicités du même genre. Après quelques semaines, l’affaire se complique.

    Un de nos clients dépose plainte contre nous pour usage abusif des informations personnelles communiquées lors de l’ouverture d’un compte chez nous. Le problème est que nous n’avons jamais communiqué ces informations. Notre serveur n’est même pas connecté à l’Internet ! Alors comment un hacker aurait-il pu réussir à entrer chez nous ?

    Après une analyse approfondie sur les divers spams que nos clients ont reçus, on remarque quelque similitude. Par exemple, nous constatons qu’ils reçoivent tous de la pub sur notre module externe, celui que nous avons envoyé pour un échange sous garantie.

    Nous prenons contact avec notre vendeur, et lui demandons des explications.

    Il nous explique la procédure qu’il suit pour chaque panne : il teste le produit et fait une rapide expertise en faisant une corrélation avec les informations données par le client victime de la panne et envoit tout cela à sont grossiste ou son fabricant. En occurrence, notre produit était bel est bien en panne. Donc nous prenons contact avec le fabricant du produit.

    Le fabricant nous explique qu’il teste à son tour le produit et que s’il y a effectivement une panne irréparable, il échange en standard le produit. Mais que fait-il du produit échangé ? Dans certain cas il le jette directement au rebut. Dans d’autre cas, il le renvoie à la centrale, en la décision étant fonction de ce qui est récupérable.

    Lorsque j’entends cela, je prends peur et je demande conseil a un avocat.

    Là, tout se complique : si la poubelle est à l’intérieur du bâtiment de l’entreprise c’est l’entreprise elle-même qui est responsable de la destruction des données. Mais si la poubelle est à l’extérieur, ce n’est plus le problème de l’entreprise !

    Lorsque je regarde les films de science-fiction sur tout les vaisseaux, je constate qu’il y a toujours une option destruction. On ne se demande plus pourquoi…

    Sur les disques durs, il n’y a aucun moyen de détruire efficacement les données lorsque le produit est en panne. Certains fabricants vous renvoient votre disque dure en panne après la constatation de la panne et donc vous avez 2 disques : celui d’origine et un neuf. Mon sentiment est que cela est proche de la bonne attitude.

    À un moment donné, entre nous et le fabriquant une personne mal attentionnée a réussi à récupérer des données personnelles provenant de notre module et les a utilisées à mauvais escient.

    Cette personne les a vendues ou en a fait profiter son entreprise…

    Tous se couvrent et personne n’est responsable. Sachez que lorsque votre disque dur tombe en panne, dans 90% des cas c’est la carte contrôleur qui a grillé et que toutes vos données sont encore intactes sur le disque dur. En fait, on ne devrait pas avoir à renvoyer notre disque dur, mais uniquement la carte contrôleur. Au cas où ce ne serait pas elle qui est en panne, alors seulement on renverrait le disque dur. D’autre part, il devrait y avoir une fonction de cryptage des données, via une clef indépendante : lorsque l’on renverrait son disque dur, on garderait la clef , ce qui nous garantirait un plus grand respect des données personnelles. Puisqu’il y aurait impossibilité d’exporter ou de copier les données contenues sur le disque dur sans sa clef. Ceci devrait être une loi.

    On crypte bien le WiFi : pourquoi pas nos données personnelles qui dépendent de matériel hors de notre contrôle.

    Moi qui ai bossé dans diverses boîtes de réparation, je peux vous dire que l’on ne respecte jamais votre sphère privée. Cela s’appelle de la curiosité. Plus vous insistez l’exigence de ne pas regarder vos données personnelles, plus la curiosité est grandissante.

    Dans certains cas, on vous dénonce pour détention de logiciel piraté ou autre sujets.

    Si vous avez une décharge de ferraille à proximité de chez vous, allez y faire un tour et passez votre disque dure sur un gros électro-aimant. S’il est suffisamment puissant, peut-être arrivra-t-il à effacer vos données personnelles.

    Ne faire cette opération que lorsque vous devez renvoyer votre disque dure en panne.



    Retour utilisateur

    Créer un compte ou se connecter pour laisser un avis

    Vous devez être membre afin de pouvoir laisser un avis

    Créer un compte

    Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

    Créer un nouveau compte

    Se connecter

    Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

    Connectez-vous maintenant

    Il n’y a aucun avis à afficher.


×

Information importante

Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.